SOLITUDE NOMMÉE "SANS NOM"

Publié le par Trafficante de poésies

wow-copie-1.gif

Il y a dans toute mon effervescence,
dans tout mon être et à travers mes sens,
une femme toute en transparence.
Forte mais oh combien sans défense!!!

Vous qui vous infiltrez par mes pores,
Vous pénétrez en moi pour y découvrir mes trésors.
vous vous immiscez à travers ma flore.
et y transformez mon profond décor.

Par ma peau s'évapores des vapeurs d'innocence,
et de mon âme tant d'amour en puissance.
Je vous l'exprimes avec aisance,
moi qui vous ressens et honore votre présence.
 
J'ai en moi un doux souvenir,
qui m'embellit et me fais sourire.
Puis cette pensée me fait souffrir,
Car vous êtes invisible dans mon avenir.
 
Comme un puis noir et sans fond,
Un tourbillon qui tourne en rond.
Je sombre dans les tréfonds.
D'une solitude nommée "sans nom".  
 
Pour me consoler, elle m'envahit,
d'images et de visages évanouis. 
Il y en a parmi eux que je maudis.
Car j'en suis intoxiquée à vie. 
 
Comment ignorer une telle dépendance.
Celle qui compare pour mettre en évidences.
Et qui le fait briller de par son absence.
Et l'imaginer dans ses silences.
 
Puis "sans nom" m'a apprivoisée,
Et d'une douceur m'a enveloppée.
Espérance elle s'est nommée.
Et avec ses ailes, je veux m'envoler...
 
 
                                                                      Trafficante de poésie 2007

Publié dans POÊMES

Commenter cet article

Evens 13/10/2007 21:20

je trouve que ce poeme marque une étape de changement, d'évolution littéraire par rapport à la façon de laisser aller tes émotions pour rendre plus présentes les structures analytiques quant aux syntaxes qu'à la douceur et générosité des vers. Les élans de cette mélodie de mots exposent encore la femme en toi aux vagues nécessaires qu'impose l'amour à travers son extase et ses larmes argentées. Pour l'avoir écrit si bien, cela valait la peine de le vivre aussi intensément. Ce risque au fond, c'est ce qui nous donne l'impression qu'on est en vie, qu'on est capable d'aimer encore puisqu'on a tant de douleurs dans le noyau de notre expérience d'être.
Bravo