ÉVOLUTION D'UNE RELATION AMOUREUSE

Publié le par Trafficante de poésies

fly-e.jpg

La relation amoureuse est généralement caractérisée par quatre grandes étapes qui s'imbriquent et se superposent.
 
Première phase : drogué à la passion
La passion monopolise les débuts d'une relation amoureuse. L'intensité et le désir sexuel sont au point culminant. Les partenaires se montrent sous leur meilleur jour pour séduire et conquérir l'autre. Ils sont encore insécures quant à l'efficacité de leurs charmes majestueusement déployés. Le processus de séduction a pour objectif le contrôle émotionnel de l'autre, c'est-à-dire prendre les moyens pour gagner l'amour de l'autre tant sur le plan émotif que sexuel.
 
L'homme est plus communicatif et attentif. Il soigne son image et complimente sans cesse sa partenaire. La femme admire son nouveau conjoint, le cajole et ne le critique presque jamais. Les amoureux passent leurs nuits à bavarder et à faire et refaire l'amour. Ils sont incapables de se passer l'un de l'autre. 
 
Pendant cette première phase, la personne convoitée est littéralement idéalisée. Tout ce qui représente une menace à cet amour est mis de côté. La passion rend aveugle, les défauts sont inexistants. L'amour qu'il ressente semble pouvoir surmonter toutes les épreuves.
 
Les biochimistes ont démontré que le cerveau humain sécrète une hormone appelée phényléthylamine. Celle-ci est responsable de nos états euphoriques lorsque nous sommes en amour. Cette hormone produit les mêmes effets que la cocaïne. Si une rupture survient, la personne rejetée ressentira un manque viscéral, plongé au cœur d'une pénible peine d'amour.
 
Certaines personnes peuvent même être dépendantes à la phényléthylamine. Elles quittent leur conjoint dès que la passion s'atténue. Elles cherchent alors une nouvelle flamme pour réactiver la production de phényléthylamine. Ces individus sont incapables de s'engager émotionnellement. Ils vivront de passion en passion, toujours à la recherche de stimulus nouveaux.
 
Nous préférions que la passion perdure à jamais, mais malheureusement, elle dure généralement un an. Le cerveau remplace alors la production de phényléthylamine par la production d'endorphine qui elle possède les mêmes propriétés que la morphine. Les amoureux vivent alors des jours de bonheur tranquille. Ils se sentent paisibles dans les bras de l'un et l'autre. Ils sont en harmonie et totalement comblés par leur couple.
 
Deuxième phase critique : lutte des pouvoirs 
 Une fois, le corps accoutumé aux effets de la phényléthylamine et de l'endorphine, les amoureux reviennent progressivement sur terre. Ils ont désormais la certitude que leur amour est réciproque. Ils peuvent maintenant se montrer sous leur vrai jour.  Ils prennent réellement connaissance des principes et des valeurs de l'autre. Voilà qu'ils entament la phase de la lutte des pouvoirs qui permet de se situer l'un par rapport à l'autre. Chacun exprime ses besoins et ses attentes face au couple. Tous deux cherchent à satisfaire son besoin de fusion et son besoin d'autonomie.
 
Les amants passionnés sont devenus temporairement des ennemis intimes. Tous les deux s'aiment et veulent continuer à s'aimer, mais les frictions sont de plus en plus nombreuses. La majorité des couples s'enlise dans cette lutte des pouvoirs. Les partenaires n'ont pas les mêmes points de vue sur l'argent, la répartition des tâches ménagères, l'éducation des enfants, la fréquence des rapports sexuels, etc. Ils doivent définir les modalités et les règles de leurs échanges relationnels. Chacun apprend à préserver ses frontières personnelles et en même temps à dépendre de l'autre. Cette phase est déterminante pour le développement et la survie du couple. Seulement 20 % des couples réussissent à transformer la lutte des pouvoirs en partage de pouvoir.
 
Troisième phase : le partage des pouvoirs
 À cette étape, les conjoints sont conscients des qualités et des défauts de leur tendre moitié.  Ils acceptent d'utiliser ces particularités individuelles, différentes et parfois contradictoires pour construire leur couple. Ils ne cherchent plus à transformer l'autre pour satisfaire ses besoins personnels.  Les deux acceptent de partager les pouvoirs.
 
 Aujourd'hui, les jeunes adultes vivent les conflits relationnels avec force et intransigeance. Ils ne cherchent plus de solutions communes lorsqu'ils rencontrent des incompatibilités au niveau de leurs humeurs ou de leurs intérêts. La séparation devient la seule solution pour résoudre leurs différends. Ces individus risquent de revivre les mêmes problèmes avec le prochain partenaire s'ils sont incapables de faire des compromis et des sacrifices.
 
D'ailleurs, la norme en société n'est plus basée sur la responsabilité parentale, mais celui du plaisir et du non-engagement. Le mariage n'est plus une prérogative pour acheter une maison et faire des enfants. Les conjoints n'ont plus l'obligation morale de vivre ensemble pour garder intactes les structures de la famille et permettre aux enfants de grandir avec leurs parents. 
 
La femme bénéficie d'une indépendance financière et matérielle. La célibataire peut donc avoir une sexualité libre et frivole sans forcément être condamnée sur la voie publique. Tout est possible dans une société moderne en ce qui concerne les dimensions du couple, du mariage, des enfants, de la famille et du divorce.
 
Quatrième phase : le consensus
Cette dernière étape de l'évolution du couple est caractérisée par un renouveau amoureux. Deux personnes ont besoin de se redécouvrir après un certain nombre d'années passées ensemble. Il est tout à fait normal que les conjoints évoluent différemment avec les aléas de la vie. Un certain nombre de divergences peut être apparu consciemment ou inconsciemment.
Cette phase est habituellement déclenchée par le départ des enfants de la maison.  Le couple doit redéfinir leur relation pour trouver une dynamique nouvelle dans tous les domaines.
 
La réalisation du consensus repose ainsi sur la volonté d'entreprendre une nouvelle communication pour aboutir au renouvellement des choix et des engagements que les partenaires ont faits.  Cette période de remise en question correspond à l'acception réciproque de l'évolution de chacun et la décision de continuer la vie commune. Ce renouveau amoureux stimule l'affectivité, la sensualité, le désir et l'acte sexuel. Les conjoints sont heureux. Les complices se touchent et se regardent avec des yeux pétillants. Ils sont de plus en plus rares, mais ils prouvent que la vie à deux est encore possible.

                                                      
Par Chloé Massé.



JE SAVAIS BIEN QUE LA PASSION ÉTAIT UNE DROGUE!!!

Commenter cet article